Agréée au titre de la protection de l'environnement par arrêté préfectoral (N°2012 - 2206 du 1er octobre 2012)
Accueil du site
Accueil du site
  • CPB / Fiche prélèvement
  • Grand gibier
  • Petit gibier
  • Comptage migrateurs
  • Aménagement
  • Surveillance sanitaire
CPB / Fiche de prélèvement
Fiche bilan des prélèvements
La connaissance des prélèvements est un élément indispensable à l’activité “chasse” dans notre département. Face à nos détracteurs, ces données vont nous permettre de défendre notre passion et de proposer des mesures de gestion efficaces pour garantir la pérennité des espèces.

À retourner avec votre demande de validation cette “Fiche Bilan” va permettre à la Fédération d’optimiser la récolte et l’analyse par lecture optique des données de prélèvements. Elle vient en complément du CPU de la dernière saison de chasse. Elle doit être dûment remplie et obligatoirement retournée avec votre demande de validation de la prochaine saison de chasse 2015-2016.

Chaque “Fiche Bilan” est rattachée à une commune. Et chaque commune du département est codifiée. Avec votre devis de validation, vous avez reçu un tableau des codes-communes. Si vous chassez sur plusieurs communes, il vous faut donc remplir et retourner autant de “Fiches Bilan” que de communes sur lesquelles vous chassez.
Télécharger la fiche pour la saison 2015/2016
Le carnet de prélèvement Bécasse
Pour mesurer les prélèvements de la Bécasse des bois, améliorer la connaissance de l’espèce et assurer la pérennité de sa chasse, un prélèvement maximum autorisé par chasseur est instauré avec un dispositif de marquage sur l’ensemble du territoire métropolitain par Arrêté Ministériel du 31 Mai 2011. Le prélèvement maximum autorisé (PMA) par chasseur est fixé à 30 bécasses par saison sur l’ensemble du territoire métropolitain. Sur le département de l’Hérault, ce PMA est décliné à un maximum de 3 bécasses par chasseur et par jour et à 6 bécasses par chasseur et par semaine par Arrêté Préfectoral.

Tout prélèvement de bécasse en absence du carnet de prélèvement et dispositif de marquage est interdit. Tout chasseur ayant prélevé une bécasse des bois doit l’enregistrer immédiatement au moyen du carnet qui lui a été attribué, à l’endroit même de sa capture, préalablement à tout transport et munir l’oiseau du dispositif de marquage inamovible prévu à cet effet.

Chaque chasseur adresse son carnet à la Fédération Départementale des Chasseurs qui lui a délivré à la fin de la saison cynégétique ou au plus tard le 30 juin. Le retour du carnet est obligatoire, même en l’absence de prélèvement. L’attribution du carnet de prélèvement et de marquage est conditionnée à sa demande sur votre devis de validation.
Le petit gibier
Gestion de la Perdrix rouge, un nouveau réseau se met en place
Télécharger l'article
Télécharger la plaquette ''Comment gérer la Perdrix Rouge''

Bilan des analyses perdix rouge
Télécharger l'article
Programme Balise Argos sur Bécasse des bois
Depuis la saison 2014/2015 a été mis en place un programme conjoint CNB/ ONCFS pour suivre des Bécasses des bois par balise Argos. Trois bécasses ont été équipées sur l’Hérault. Le retour ce ces bécasses est maintenant imminent. Nous vous confirmons que le prélèvement à la chasse d’une bécasse équipée n’est bien sûr pas une infraction. Cependant, compte-tenu de l'importance de ce suivi scientifique, il est crucial de transmettre cette information!
Télécharger le programme Balise Argos
Des sarcelles équipées de balise GPS dans l'Hérault
Sarcelle
Dans le cadre du programme AVIPER permettant d’étudier la notion de perturbation, 24 Sarcelles d’hiver ont été équipées de balise GPS et de bague à la patte entre les départements du Gard et de l’Hérault pour suivre leurs déplacements journaliers. Dans le cas où un de ces oiseaux serait prélevé à la chasse d’ici la fin du mois de janvier 2017, il est impératif que le chasseur nous retourne cette balise ou la bague dans les plus brefs délais.
Favoriser la faune sauvage et embellir le territoire
par le biais des jachères fleuries
Jachère fleurie
Favoriser la faune sauvage et embellir le territoire par le biais des jachères fleuries. La réalisation de cultures faunistiques est favorable aussi bien pour les espèces gibiers que pour l'ensemble de la faune sauvage. En 2015, près de 575 ha de cultures faunistiques ont été réalisés par 108 sociétés de chasse et subventionnés par la Fédération. Les semences de jachères fleuries sont disponibles à la FDC 34. La boîte de 400 grammes permet de semer de 700 à 1 000 m2.

Les sociétés de chasse peuvent commander à la Fédération Départementale des Chasseurs de l'Hérault des semences jachères fleuries.

Tout en favorisant la faune sauvage, vous embellirez votre territoire !
Surveillance sanitaire de la Faune Sauvage
Grippe aviaire
Deux nouveaux arrêtés ministériels sont parus le 05 décembre 2016 avec application directe. Désormais, le niveau de risque est élevé sur tout le territoire français métropolitain. Toutefois ce changement ne modifie pas les possibilités de déroger aux interdictions de transport des appelants pour la chasse au gibier d'eau et de lâchers de Galliformes. Par courrier en date du 07/12/2016, la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) a confirmé l'application de la dérogation sur le département de l'Hérault.

Les conditions de transport et d'utilisation des canards appelants sont les suivantes :
- Sur toutes les huttes de chasse où les appelants sont détenus avant le 17 novembre 2016 et restent au parc de façon permanente, vous pouvez les atteler sans aucune condition particulière.
- Le détenteur s'engage au respect des conditions de biosécurité qui prévoit notamment :
- la séparation des appelants avec d'autres types d'oiseaux et le signalement des mortalités, des poursuites seront engagées envers les contrevenants
- sur une même hutte ou de parcage, tous les appelants doivent appartenir au même détenteur : aucun mélange de lots ou de contacts entre appelants de différents détenteurs
- limiter le nombre d'appelants à 10 maximum,
- pas de contact direct des appelants avec l'eau. Vous pouvez les installer autour des mares, dans des cages,
- manipulation des appelants avec des gants distincts de ceux utilisés pour manipuler les oiseaux d'eaux sauvages tirés,
- désinfection du matériel en contact avec les appelants et du matériel en contact avec les oiseaux d0039;eau sauvages tirés,
- transport des appelants dans un véhicule distinct du transport des oiseaux sauvages tirés, ces derniers devant être transportés dans un sac étanche.

Il est rappelé que les conditions de biosécurité doivent être respectées par l'ensemble des détenteurs de gibier à plumes et des chasseurs. Les personnes ayant achevé une activité de chasse, doivent :
changer de tenue, nettoyer leurs chaussures et le matériel utilisé pendant la chasse. Les caisses de transport utilisées doivent être nettoyées et désinfectées après chaque utilisation. En fonction des volumes jetés, les déchets de chasse (plumes, viscères, etc.) doivent être incinérés ou traités par une méthode assainissante. Tout contact direct et indirect entre les oiseaux chassés et capturés, et les oiseaux domestiques doit être évité.

Les conditions de transport et de lâcher de gibier à plume sont les suivantes :
- Le lâcher des palmipèdes est interdit
- Pour les lâchers de gibiers de l’ordre des Galliformes, le formulaire de demande de dérogation figure en annexe 3 de la note d’instruction de la DGAL du 02/12/2016.
- Pour les élevages situés dans les zones en risque élevé, qui ne détiennent pas de palmipèdes, une visite vétérinaire doit être réalisée pour :
- évaluer l’application des mesures de biosécurité sur la base du référentiel de visite en annexe 2,
- attester le bon état clinique des animaux dans les différentes volières ; en cas de suspicion la DDecPP doit être alertée sans délai et les prélèvements effectués.
- Pour les lâchers depuis une zone à risque élevé le transport doit être effectué dans des conditions sécurisées, sans rupture de charge (pas de tournée), depuis le lieu d’élevage jusqu’au lieu de livraison. Les caisses de transports doivent être en matériel désinfectable (plastique) et rigoureusement nettoyées et désinfectées ou, et de préférence, à usage unique. Le camion doit être nettoyé et désinfecté avant et après transport.
- Pour les lâchers effectués en zone à risque élevé, l’opérateur du lâcher doit prendre toutes les précautions pour éviter les risques de contamination par les oiseaux sauvages à risque :
- favoriser les facteurs permettant un taux de prélèvement élevé pour une réduction très rapide de la quantité d’oiseaux lâchés restant dans le milieu naturel (mobilisation des chasseurs, limitation du nombre d’oiseaux lâchers, etc) ;
- pratiquer les lâchers avec le maximum d’éloignement des zones de chasse du gibier d'eau visées à l'article L. 424-6 du code de l'environnement où les oiseaux d’eau sauvages à risque sont susceptibles de se concentrer. Il n’y a pas à cet égard de distance réglementaire mais on peut considérer que la distance d’exploration d’un faisan lâché est de l’ordre de 1km. Par ailleurs il conviendrait de renoncer à tout lâcher sur un site en présence d’une colonie d’anatidés migrateurs.

Le maintien de ces conditions générales de dérogations est conditionnée à l’observation du respect des mesures de biosécurité définies précédemment que ce soit en zone d’élevage ou lors de la chasse. Par ailleurs, dans les zones réglementées spécifiquement en raison de la mise en évidence d’un cas, les conditions de circulation des oiseaux définies par arrêté préfectoral peuvent rendre caduques les présentes dérogations.

Téléchargez la note technique pour lutte contre l'influenza aviaire
Retrouvez les mesures de biosécurités applicables dès aujourd?hui
Téléchargez l’instruction de la DGAL/SDSPA/2016-923 du 02 décembre 2016.